EN | FR
Imprint |  EN | FR
arrivée The Transat.jpg
May 11, 2016

The Transat : quand les Ultimes commencent à voler...


Macif (François Gabart) et Sodebo (Thomas Coville) viennent de franchir la ligne d'arrivée de la transat anglaise. François Gabart aura mené son trimaran géant (30 mètres, 14 tonnes), en solitaire, à la vitesse moyenne de 23 noeuds... Alors aujourd'hui on peut dire que ce bateau vole un peu...

Cette classe Ultime, VPLP y pense depuis que Franck Cammas a gagné la Route du Rhum sur son plan VPLP Groupama 3 , suivi par Armel Le Cleach et Loick Peyron , également victorieux à Pointe-à-pitre sur le même trimaran.

Dès l'arrivée du Vendée globe 2012, nous commencions déjà à échanger avec Francois Gabart sur son prochain multicoque avec pour objectif d'imaginer le plus rapide des trimarans de la classe ultime. Depuis « Un autre regard » (Olivier de Kersauson -1986) c'était la première fois que nous avions la chance de concevoir un trimaran géant de plus de 30 mètres destiné à être mené en solitaire.

Deux années  d'échanges, de réflexions, d'études et de conception plus tard, en étroite collaboration avec Francois et son équipe, le trimaran Macif était mis à l'eau chez CDK Technologies à Lorient.

L'objectif affirmé  pendant cette période fut de définir avec lui les caractéristiques de puissance les plus adaptées à son programme, avec l'idée inédite de faire voler un trimaran de ce gabarit (30 mètres et 14 tonnes) sur des parcours océaniques au large et en solitaire, quand les conditions s'y prêtent.

Les principales innovations sont :
- Des flotteurs à l'hydrodynamique soignée pour une trainée minimum
- Un bateau épuré au maximum qui s'affranchit de tout superflu pour être le plus léger possible
- Des foils en « Tick »  puissants, de nouvelle génération, associés à des plans porteurs sur les safrans.
- Une nacelle de vie conçu pour optimiser la protection du marin aussi bien aux postes de barre, dans la zone de manoeuvres que dans la dans la zone de vie.

Apres un galop d'essai victorieux dans la dernière Transat Jacques Vabre, associé à Pascal Bidegorry, le binôme marin-bateau passe brillamment son examen de passage aujourd'hui devant Thomas Coville sur son Sodebo 4 (plan VPLP de 2002 largement modifié en 2013 avec le concours des idées de Thomas) un adversaire de taille avec lequel il s'est livré à un véritable match race.

Le bateau de Thomas, ex Geronimo, est un bateau plus puissant, extrêmement rapide dans la brise qui a fait jeu égal avec Macif pendant les trois quart de la course, handicapé en fin de parcours par des conditions très instables.

Ces extraits d'impressions de François pendant la course démontrent que certains objectifs sont d'ores et déjà atteints:

« Cette pression, on l'a depuis le début et c'est celle de naviguer sur le trimaran Macif : c'est un fabuleux bateau et il faut en prendre soin

« Le rêve aujourd'hui est bien là : voler seul au large. On en est vraiment pas très loin. Macif file à 25-30 noeuds, pas grand-chose qui traine dans l'eau, régulièrement. Il suffit juste de border un peu... C'est génial ».

« Pas beaucoup de mer, du vent, une température idéale, c'est hyper agréable. Dans ces conditions, le bateau vole complètement, il n'y a plus rien dans l'eau, le flotteur sous le vent devient sec ! »

Thomas, pendant la course, ne cachait pas son bonheur de naviguer sur son bateau :
« La mer est plate il y a du vent, c'est le bonheur total. On est souvent autour de 25-30 noeuds. Au niveau du cerveau, tu restes connecté à l'engagement que cela représente d'aller à ces vitesses là... »

Un grand Bravo et un grand merci  à François Gabart (Macif) et à Thomas Coville (Sodebo Ultim), à leur sponsors et leurs équipes techniques, pour avoir mené leurs deux trimarans à un tel rythme, en solitaire, sur la plus difficile des transats.

Photos : JM Liot/DPPI/Macif et Y.Zedda/Sodebo 

Back to news